12/28/2006

Pieds et suicide

Je réalise que les références aux pieds dans le suicide sont abondantes. Elles sont de deux ordres : métaphoriques (c’est une expression allusive, elle ne doit pas être prise au « pied » de la lettre !) et métonymiques (c’est une expression concrète).

Dans la série métonymique : ajuster les pieds dans le tasseau lire, sous les pieds, pieds nus exemple, au pied de la potence, au pied de ceci ou cela, tiré par les pieds, les pieds en avant, des coups de pieds, glisser les pieds, se prendre les pieds dans ceci ou cela, pousser le tabouret du pied, pendu par les pieds, attaché par les pieds,

La série métonymique est utilisée pour décrire le mode opératoire du passage à l’acte ou pour donner une consistance à l’image du corps après la mort.

Les métaphores : partir du bon pied, six pieds sous terre, mis sur pieds, coups de pieds, les pieds sur terre, en pieds, prendre son pied, se mettre à ses pieds, marcher ou partir sur la pointe des pieds, de la tête aux pieds, perdre pieds, tomber à ses pieds, à contre-pieds, pieds d’argile, bon pieds bon œil, les deux pieds dans le même sabot, le monde s’écroule sous ses pieds, à contre-pieds, un pied dans la tombe, écrasé sous les pieds de la foule, un pied de nez, au pied du lit, taper du pied, bête comme ses pieds, à nos pieds, les pieds dans le plat

A noter, les séries métaphoriques sont parfois utilisées pour dénier le suicide, inverser le signe mortel du suicide : se remettre sur ses pieds ou mettre un plan de prévention sur pieds. Ou pour montrer et souligner l’objet de son amour aux pieds duquel le sujet tombe.

Une référence à Œdipe (« celui qui a les pieds enflés », en grec) ? Ou alors, à la beauté de la démarche d’une femme comme la Gradiva[1] ? Homme ou femme ?

Et pourquoi ce lien à la disparition du sujet ?

Qu’en pensez-vous ?

1 commentaire:

PAT a dit…

Bonjour, je découvre peu à peu votre blog et je suis séduit quant à sa thématique et à la façon dont vous la traitez.

A mon sens, les pieds sont chez l'homme l'interface avec la terre. Le contact avec le sol est signe de vie. Un épisode mythologique qui ne me revient pas pour l'instant évoque le combat d'un héros et d'un géant dont l'invicibilité provient de son lien avec le sol. Lorsque le héros le soustraira au contact de la terre, il pourra alors le tuer.

Par ailleurs, le pied symbolise également l'idée de marche, de passage sur la Terre. Comme vous l'évoquez, la métonymie a souvent été employée pour désigner l'homme et sa vie.

C'est parce que les pieds sont associés avec la dynamique vivante de l'homme qu'ils se retrouvent d'autant plus dans l'acte qui va à leur encontre, le suicide.

Poursuivez vos travaux, j'y prends grand intérêt. Amitiés,
PAT