8/22/2007

No suicide

A lire régulièrement, le récit d'un témoignage pour évoquer "cette fin de vie si longue… et si ridicule". L'auteur est romancière. La fiction est pourtant bien réelle... Au frontispice de ces écrits: "Je mourrai peut-être sans m’en faire Du vernis à ongle aux doigts de pied Et des larmes plein les mains Et des larmes plein les mains" Boris Vian – Poèmes – Je mourrai L'ensemble commence par l'évocation de ceux qui partent et de la façon dont ils partent. L'auteur a l'impression d'être partie avec eux....

1 commentaire:

CHRISTOPHE a dit…

ben la journée commence bien...Pour ma part je crois quun suicide, l'acte en lui-même, ne peut être expliqué décrypté que par celui qui tente le geste..c'est l'acte ultime et je pense sincèrement que si l'on réchappe à la mort une fois, on est pour la vie tenté et obsédé par cette mort là